ACCUEIL
HISTOIRE
FILMS
LES "ACTEURS"(news)
MATÉRIEL  ET DEPOTS (news)
DOCUMENTS DIVERS (news)
CARTES POSTALES
REPRODUCTIONS MINIATURES
ET DEPUIS  LA SUPPRESSION
LIVRE D'OR
CONTACT

    Histoire

 

          Le réseau Versaillais de tramways vit le jour le 11 novembre 1876. Ces premiers tramways étaient tirés par des chevaux. (tramways hippomobiles). (photos)

            Trois lignes composées alors le réseau: (Plan)

                    Square Duplessis.........................Grandchamp          

Gare Rive Droite...........................Sénat

                  Gare Rive Gauche........................Chambre Députés

          La première modernisation fut la création d'une ligne vapeur entre Versailles et Saint-Cyr-l'école. (20 novembre 1889). 

          La deuxième modernisation fut la reprise du réseau par la SVTE (Société Versaillaise de Tramways Électriques et de distribution d'énergie), l'électrification de celui-ci et la commande de 29 motrices électriques aux ateliers Postel Vinay en octobre 1895.

                Le réseau de tramways électriques Versaillais venait de naître.

 

          Ces premiers tramways électriques étaient de couleur jaune et blanc et leurs plates-formes extrêmes étaient ouvertes. Un wattman s'occupait de la conduite et un receveur vérifiait les titres de transport, maintenait la perche dans les virages serrés et s'occupait des aiguillages. 

      Six lignes sont crées: (Plan)

                       A   Glatigny - Grandchamp                  

B   Clagny - Orangerie

               C   Le Chesnay - Gare Chantiers

                     D   Square Jean Houdon - Montreuil

           E   Gare Rive Droite - Trianon

          F   Gare Rive Gauche - St Cyr

 

En 1907, prolongation  ligne C jusqu'à Porchefontaine.

                                              D jusqu'à République.

          Après la première guerre mondiale, les motrices sont modernisées (suppression d'un moteur sur deux, fermeture latérale des plates-formes, suppression des lanterneaux...). 

          En 1927, la SVTE va recevoir trois motrices (54,55 et 56) de grandes capacités (55 places) construites sur la base de la motrice 53 réalisée dans l'atelier du dépôt de Béthune.. 

          A partir de 1934, dans un soucis de faire disparaître les tramways au profit des bus (suppression à Paris en 1937), les lignes de tramways Versaillais sont peu à peu remplacées par des services assurés par des bus.

          Dans les années 40, les tramways vont se parer de leurs nouvelles et définitives couleurs: bleu et gris clair.

          La deuxième guerre mondiale permettra de ralentir ces disparitions de lignes au profit des autobus (manque de carburant) mais, les années 50 seront fatales par manque de moyens de la SVTE et par une velléité à l'encontre des tramways.

                                       État du réseau dans les années 50: (Plan)

                                                   Il ne reste que 4 lignes :

                                                Ligne A: motrices 1,2,3,4,6,8.

                                                Ligne B et C: motrices 11 à 20.

                                                Ligne Trianon : motrices 53 à 56 (renfort parfois sur ligne A).

          Les tramways furent officieusement supprimés en octobre 1953 mais, continuèrent à rouler jusqu'au 3 mars 1957 suite au désistement de plusieurs concessionnaires pour la reprise de l'exploitation.

         Une grande célébration fut organisée à l'occasion de la suppression officielle des tramways de Versailles le 3 mars 1957, regroupant 200 000 personnes et la présence de Maurice Chevalier pour baptiser les  nouveaux autobus.. (photos) 

journaux d'époque (pdf)

          Les motrices partirent sur des camions plateaux en avril 1957 à la gare de Noisy-le-Roi ou elles furent toutes démolies (photos) à quelques rares exceptions.....                                                                                                                                

             Ainsi s'achève la grande aventure des tramways Versaillais après presque un siècle d'activité et, avec elle les derniers tramways d'île de France.

 

 

remonter